2023 Decembre

Auteurs : Chris M. Edwards1, Émilie Miller1, Danilo F. da Silva1,2, Jessica L. Puranda1, Sara C.S. Souza1, Kevin Semeniuk1, Kristi B. Adamo1

1 École des sciences de l’activité physique, Faculté des sciences de la santé, Université d’Ottawa. 200, avenue Lees, Bloc E, Ottawa (Ontario) Canada, K1N 6N5

2 Département des études sportives, Faculté des arts et des sciences, Université Bishop’s. 2600, rue College, Sherbrooke (Québec) Canada, J1M 1Z7

 

Message à retenir :

  • Le fait d’avoir accouché et les complications associées à la grossesse sont liés à la santé mentale et aux blessures musculosquelettiques chez les membres féminines des Forces armées canadiennes (FAC).

Contexte :

  • Les membres féminines des FAC sont souvent libérées du service militaire après une blessure musculosquelettique ou un accouchement.
  • La relation entre la parité et la prévalence ou l’impact des blessures musculosquelettiques chez les femmes militaires n’est pas connue.

Comment l’étude a été réalisée :

  • Les données ont été recueillies au moyen d’un questionnaire d’auto-évaluation en ligne.
  • Les participantes admissibles étaient des membres actives des FAC (ayant accouché [n = 313] ou n’ayant pas accouché [n = 435]).

Ce que les chercheurs ont découvert :

  • Les membres féminines des FAC ayant mené au moins une grossesse jusqu’à 20 semaines ont rapporté plus de microtraumatismes répétés globalement ainsi qu’au niveau du poignet et du pied (lorsque les données sont stratifiées par région du corps).
  • Près de la moitié des participantes ont poursuivi sans modifications l’entraînement physique requis dans le cadre de leur travail pendant toute la durée de la grossesse.
  • 27,6 % ont arrêté complètement l’entraînement physique pendant leur grossesse.
  • 6,7 % ont bénéficié d’un soutien à l’entraînement physique spécialisé pendant la grossesse.
  • Les membres des FAC ayant souffert de dépression post-partum étaient plus susceptibles d’avoir une blessure musculosquelettique à la hanche (blessure aiguë et microtraumatisme répété), un microtraumatisme répété au bas du dos et un microtraumatisme répété à la tête, aux yeux ou aux oreilles.
  • Avoir fait une fausse couche augmentait la probabilité d’avoir eu une blessure aiguë ou un microtraumatisme répété au niveau du bas du dos.

Conclusion :

  • Les microtraumatismes répétés sont plus fréquents chez les membres féminines des FAC ayant déjà accouché. Cependant, la parité n’était pas liée à la prévalence des blessures aiguës.
  • Les blessures musculosquelettiques et la santé mentale perçue étaient associées à la dépression post-partum, aux fausses couches ou à un accouchement prématuré.